Blog

BIENVENUE SUR MON BLOG PREO

Le dernier trimestre de l’année 2017 vient tout juste de commencer, mais de nombreux managers de licences travaillent déjà sur la planification de l’année 2018. C’est une erreur, car il est probable que vous offriez de l’argent comptant. Si votre budget informatique n’est pas épuisé, il est fort probable que votre secteur informatique vienne à disparaître.

Contrôlez vos stocks de licences dès maintenant

C’est justement dans les dernières semaines de l’année qu’il est judicieux de jeter un œil sur le stock de licences de l’entreprise. Avons-nous toutes les licences dont nous avons besoin ? Les licences pour lesquels le support externe a expiré (par exemple Office 2007, Exchange, Visio) sont-elles en stock ? Nous soumettrions-nous à un audit avec notre stock de licences ? Au cas où vous tomberiez sur une sous-licence lors du contrôle, votre budget restant sera investi au mieux dans les logiciels d’occasion, car ces derniers n’expirent pas et, pour une fonctionnalité comparable, ils valent 50 % moins cher qu’un logiciel neuf. De plus, l’achat d’un logiciel d’occasion n’entraîne aucun frais mensuel à payer pour son utilisation. Vous économiserez donc de l’argent pour l’année suivante.

Sécurité lors de l’achat d’un logiciel d’occasion : le gros plus

Nos licences sont non seulement peu onéreuses, mais aussi sécurisées. Les licences vendues par PREO sont examinées de fond en comble par notre service du contentieux. Après ce contrôle, elles réussissent tous les audits de logiciel. Pour cela, nous avons notre sécurité d’audit. Nos clients reçoivent ensuite des informations sur la chaîne des droits. Cette publication contient des informations sur le type de contrat du logiciel (numéros de contrat inclus), sur les précédents acquéreurs et si ces derniers ont correctement désinstallé le logiciel, ainsi que des détails sur l’historique des mises à jour. Nos cessions sont garanties sans erreurs de transfert. L’assurance couvre d’éventuels dommages matériels pour un montant pouvant aller jusqu’à 10 millions d’euros. (bt)

Négociez maintenant

Si vous avez des questions, nos experts en licences vous apportent leur aide gratuitement et sans engagement.

Hotline: 00800.429 328 00

Par Maximilian Vöge, Account Manager chez PREO Software AG

Imaginez que vous puissiez acheter votre voiture d’occasion préférée à un prix extrêmement intéressant. Et le meilleur : elle sort de l’usine. Pas de bosse, pas d’éraflure et aucune pièce usée (qui aurait été coûteuse à faire changer). C’est ainsi que fonctionnent les logiciels d’occasion. Ils proposent toutes les fonctionnalités et fonctionnent exactement comme au premier jour d’utilisation. Et ils sont vraiment bon marché.

Bien sûr, et ce malgré le prix attractif réduit de 50 pour cent par rapport au prix initial des logiciels, nos clients nous posent des questions. Car même si rien ne change au niveau des fonctionnalités, il faut penser à certaines choses : les services de maintenance et le support sont particulièrement importants.

Si l’entreprise souhaite conclure un contrat de support, cela est possible à tout moment pour bon nombre de nos licences d’occasion. À cet effet, nous coopérons avec de nombreux fournisseurs de systèmes de renom qui peuvent offrir à nos clients un service de très haute qualité avec un personnel informatique compétent.
In punkto Sicherheit steht gebrauchte Software Neuware in nichts nach: Denn am Recht auf Reparatur und Aktualisierung ändert sich nichts. Gebrauchte Software bleibt durch regelmäßige Updates und Patches der Softwarehersteller genauso sicher, wie Neuware.

Au niveau de la sécurité, les logiciels d’occasion ne sont pas en reste par rapport aux logiciels neufs : en effet, rien ne change concernant le droit de réparation et d’actualisation. Les logiciels d’occasion restent sûrs grâce à des mises à jour régulières et à des patchs faits par leur concepteur, comme pour les logiciels neufs.

Si vous êtes intéressés par nos « occasions » presque comme neuves et à un prix très intéressant, n’hésitez pas et appelez notre équipe commerciale au 00800-42932800 (mv)

Par Michael Junker, gestionnaire de compte chez PREO Software AG

Aujourd’hui, quand on achète des produits, leur provenance nous est importante : de quel pays provient cette tomate, où a été fabriquée notre nouvelle voiture, et avec quoi ce bœuf a-t-il été nourri avant qu’il n’atterrisse dans notre assiette ? Savoir tout cela nous rassure, cela nous donne un sentiment de sécurité.

Chez PREO, nous avons beaucoup réfléchi sur la sécurité lors de l’achat d’un logiciel d’occasion. Depuis quelques années déjà, nous avons pris la décision de dévoiler les informations sur la provenance des logiciels. Cela commence par la publication de la chaîne des droits. Nos clients prennent ainsi connaissance des précédents acquéreurs et du type de contrat du logiciel. Nous transmettons également les numéros du contrat à nos clients, sans oublier la déclaration écrite stipulant que le logiciel a été correctement désinstallé par l’ancien acquéreur. C’est en effet l’une des conditions légales les plus importantes, expressément exigées par la Cour de cassation allemande et la Cour européenne de justice.

Les nombreuses informations de toutes les licences que nous mettons sur le portail de licences offrent à nos clients un net gain de sécurité. Nous réduisons ainsi la peur du prochain audit de logiciel. J’entends souvent dire des clients qu’ils ont un « bon sentiment » lorsqu’ils achètent des licences PREO. Je m’en réjouis, car je sais que les clients qui réussissent un audit avec nos licences reviennent acheter chez nous.

Le travail de gestionnaire de licences est complexe. Il demande aussi bien de larges connaissances sur les logiciels que de connaissances juridiques pointues dans les domaines du copyright, du droit d’utilisation de produits et de licences. Aujourd’hui, avec la virtualisation et le cloud Computing, s’ajoutent de nouvelles formes de contrats et leurs droits d’utilisation individuels. Les gestionnaires de licences doivent disposer de connaissances exactes sur le type et le nombre de logiciels installés dans l’entreprise. Et tout ceci devrait être consultable en tout temps. Plus l’entreprise est grande, plus il est difficile de conserver une vue d’ensemble. Cela est pourtant extrêmement important. Qu’une entreprise se soumette ou non à un audit, cela dépend en grande partie de l’expertise du gestionnaire de licences. ab.

Les départements informatiques doivent pouvoir répondre aux questions suivantes*: 

    1. Le stock actuel de PC, de serveurs et d’autres équipements informatiques est-il consultable?

 

    1. Les rapports légaux de licences qui prévalent lorsque des environnements virtuels sont exploités sont-ils connus ?

 

    1. Le droit d’utilisation appliqué jusqu’à ce jour est-il encore valable pour une utilisation correcte et légale de la licence ?

 

    1. Combien d’utilisations de logiciel différentes y a-t-il dans l’entreprise et ces dernières sont-elles toutes utilisées ?

 

    1. Le logiciel a-t-il été acquis de manière centralisée ou décentralisée et où ?

 

    1. Les documents du contrat sont-ils disposés dans un organe central ?

 

    1. Que se passe-t-il pour le logiciel qui n’est plus utilisé ou désinstallé ? Cela va-t-il être régulièrement adapté dans les contrats ?

 

  1. Un logiciel peut-il être également installé de façon illicite par des collaborateurs ?
    Votre entreprise possède-t-elle des directives sur la façon dont il faut s’y prendre avec les logiciels ? Sont-elles respectées ?

 

La connaissance de ces situations a un arrière-plan concret : avant un audit, les stocks déficitaires de licences peuvent être compensés encore avantageusement grâce à une concession de sous-licence ou de fausse-licence, par exemple avec un logiciel d’occasion vérifié. PREO est à présent le bon partenaire. Depuis 10 ans, nos experts de licences soutiennent des entreprises de renom de différentes branches, tout comme des supports publics. Pour nos licences, nous donnons par ailleurs un audit de sécurité. Les licences sont tout d’abord scrupuleusement examinées par notre département juridique. Nous travaillons pour nos clients de manière très transparente et nous dévoilons la chaîne des droits.
Lors de nos transferts, nous apportons la preuve de différentes informations : type de contrat du logiciel (numéros de contrat inclus), anciens détenteurs, désinstallation règlementaire du logiciel et détails de l’historique de mises à jour. Ces informations sont consultables en ligne 24 h/24 et 7 j/7 sur notre portail de licence pour nos clients. Notre assurance intervient en cas de réclamations lors d’un audit. Elle couvre éventuellement des dommages matériels jusqu’à un montant de 10 millions d’euros. bt

*Source : Groll, Torsten : 1×1 des Lizenzmanagements. Praxisleitfaden für Lizenzmanager. 3. Auflage. Hanser, München, 2016, page 6.

1. Choisissez un fournisseur sérieux

Lors d’un achat de logiciel d’occasion sur Internet, il est tout à fait possible de tomber sur un fournisseur peu scrupuleux. Soyez donc attentifs au commerçant. Par exemple, les grands commerçants se caractérisent par la publication de la chaîne de transfert de licence et par leur capacité de livraison, même avec des quantités assez grandes.

 

2. Transfert de licence correct

Lors d’un achat de logiciel d’occasion, le plus important, c’est le transfert complet des licences. La Cour de justice a autorisé la revente des logiciels uniquement si le vendeur ne s’en sert plus. Par conséquent, n’oubliez pas de demander une confirmation écrite auprès de l’ancien détenteur des droits d’utilisation comme quoi il a bien supprimé l’ensemble des installations du logiciel.

 

3. Choisir la bonne version

Sur le marché des logiciels d’occasion, on trouve aussi bien des versions actuelles que des versions plus anciennes. Étant donné que la version la plus récente est plus exigeante en termes de place et qu’elle demande une période d’adaptation, le modèle précédent est, la plupart du temps, la meilleure solution. Ici, l’achat d’un logiciel d’occasion est souvent la seule alternative, car les fabricants proposent uniquement la nouvelle version qui engendrerait alors un déclassement. BT BT

1. Vous économisez de l’argent
Les analystes du marché recommandent l’achat de logiciels d’occasion, car cela permet de réduire considérablement vos dépenses. En comparaison avec les nouveaux produits, il est possible de faire des économies de plus de 50 %. Outre les coûts de vente purs, vous réduisez aussi considérablement les coûts d’administration par la standardisation. Et tandis que les coûts de modèles de location et de cloud peuvent augmenter sensiblement au fil des ans, ceux des logiciels d’occasion sont transparents et uniques.

 

2. Vous avez un produit de très bonne qualité
Un logiciel ne s’use pas : il conserve sa qualité et ses fonctionnalités, comme le premier jour où vous l’avez installé. Vous disposez même des mises à jour de sécurité du concepteur. L’installation se fait d’ailleurs très simplement, comme pour un nouveau logiciel ou des modèles cloud.

 

3. Un logiciel d’occasion est sûr
La Cour de cassation allemande et la Cour de justice ont défini les conditions préalables qui doivent être remplies pour le commerce légal des logiciels d’occasion. Nos licences sont examinées en conséquence. Avec notre système de sécurité « Safe3-System », nous allons plus loin. Nos acheteurs ont connaissance du type de contrat du logiciel (numéros de contrat inclus), des acquéreurs, peuvent savoir si ces derniers ont correctement désinstallé le logiciel et connaître des détails de l’historique des mises à jour. Toutes les informations sont disponibles 24h/24, 7j/7 dans le portail de licence. Nous livrons avec une totale transparence et une sécurité d’audit de 100 %. BT

La fin de l’année approche et on commence à se poser des questions sur le nouveau budget informatique. Avant d’entreprendre des suppressions à cause d’un budget qui sera peut-être trop élevé, prenez le temps de vérifier si vous ne pouvez pas augmenter votre budget par des licences qui ne sont plus utilisées.

Ces quatre conditions préalables fondamentales doivent être remplies :

1. Les licences n’étant plus utilisées ont été mises en circulation pour la première fois en UE et/ou dans l’espace économique européen (EEE).
Pour tous les membres de l’Union européenne, le principe d’épuisement des droits prévaut lors de la vente de logiciels d’occasion. « Épuisement » signifie que les marchandises mises en circulation, avec accord du détenteur des droits, dans l’UE et/ou dans l’EEE peuvent ensuite être également commercialisées librement dans cette région. Le droit de distribution s’est donc « épuisé » après la mise en service à l’intérieur de l’UE et/ou de l’EEE, rendant ainsi la vente du logiciel légale.

2. S’applique uniquement sur les logiciels achetés
Le commerce de logiciels d’occasion n’est autorisé que s’il s’agit de logiciels « mis en circulation dans le but d’une vente », donc qui ont été vendus. Un logiciel résultant d’un contrat de leasing ou de location ne peut pas être revendu.

3. Les licences de contrats au volume peuvent également être vendues partiellement
Il y a également eu des clarifications à ce sujet. Pour les licences d’un contrat de volume, il s’agit respectivement de droits d’utilisation indépendants qui peuvent être diffusés de façon autonome. Il est donc possible de conserver une partie des licences et d’en vendre une autre. Seules les installations de serveurs de clients constituent une exception.

4. Les licences deviennent inutilisables avant la vente
Par la suite, les licences à vendre doivent être rendues inutilisables avant l’achat. Ceci peut être fait via une désinstallation et certifié par écrit.

Si vous disposez de licences de logiciels que vous n’utilisez pas, c’est le moment de vendre.
Grâce à notre expertise de longue date, nous sommes le partenaire de confiance pour nos clients en matière d’achat et de vente de logiciels utilisés. Pour les licences de logiciels que vous n’utilisez plus, nous leur faisons une offre sérieuse et fondée. C’est rapide, simple et légal. (bt)

Les analyses du Gartner Group * ont déjà montré il y a dix ans que les entreprises qui ont une gestion des licences opérationnelle peuvent réaliser des réductions de coûts de 30 à 50 %. Depuis, de nombreuses grandes entreprises ont professionnalisé leurs licences à l’aide d’outils SAM. Les entreprises de taille moyenne sont confrontées à des défis majeurs, dans lesquels les structures qui ont évolué au fil des années doivent être reconsidérées et modifiées. Des entreprises jeunes et dynamiques sont également touchées. Pour les startups, le plus grand défi consiste souvent à adapter leurs processus d’entreprise aux nouvelles exigences survenant lors de la phase de croissance rapide.

Dans le domaine des licences, cela commence par des approvisionnements internes et des processus d’installation indéfinis. Souvent, un archivage central de tous les documents contractuels manque, à cela s’ajoute des employés qui téléchargent indépendamment des programmes sur leur PC. Les licences inutilisées ne sont généralement ni redistribuées ni vendues ¬- Si les éditeurs de logiciels annoncent maintenant un audit, les proportions d’une gestion de licence manquante seront visibles.

Pour être « conforme », l’inventaire des licences et les installations doivent être ajustés en permanence, la situation des licences doit être transparente et l’utilisation doit être alignée sur les termes du contrat. En fin de compte, des retards de paiement élevés sont probables si une sous-licence est détectée au cours d’un audit. Dans la plupart des termes et conditions standards des fabricants de logiciels, il y a la clause de cinq pour cent. Elle stipule que si plus de 5 % des sous-licences d’un produit logiciel sont détectées, les coûts de l’audit et de la redistribution doivent être supportés par l’entreprise.

Dotez-vous alors à l’avance d’un système qui enregistre toutes les licences de votre entreprise : à la fois les licences qui sont actuellement utilisées et les licences inutilisées et disponibles. Si vous constatez lors de ce contrôle que vous avez trop de licences ou sous-licences, nous serons heureux de vous aider. Chez nous, vous pouvez aussi acquérir en peu de temps une grande quantité de licences de logiciels d’occasion. Nos licences sont moins chères que les nouvelles, mais tout aussi sûres : elles passent les audits de logiciels avec succès, c’est ce que représente notre garantie d’audit sûre à 100 %. Et si vous constatez un excédent de licences, nous prenons en charge vos licences excédentaires à un bon prix. Une conversation avec nous en vaut toujours la peine. (bt)

Management Update: IT Asset Management Stages Form the Stairway to Success, 10 September 2003, Auteure : Patricia Adams IGG-09102003-01

Par Chris Schlensog, directeur des ventes chez Preo Software AG
Le logiciel de location est en plein essor. Les raisons en sont évidentes : les services prônés par le fabricant, tels que la maintenance, ainsi qu’une contribution mensuelle initialement favorable pour des droits d’utilisation complets dès le premier jour attirent les clients. Ce que de nombreuses entreprises ne considèrent pas d’abord : En allant dans la location, elles perdent leur indépendance et leur liberté de choix. Parce que la location de licences de logiciels signifie avant tout une dépendance vis-à-vis du fabricant du logiciel. Si celui-ci augmente les coûts mensuels, vous êtes comme étant client à la merci de cette décision. En outre, vous vous engagez généralement sur une période assez longue – généralement trois ans. Si le besoin en logiciels change dans votre entreprise pendant cette période, il sera difficile d’y répondre rapidement.

Un autre problème est la sécurité des données : les clients stockent parfois des données d’entreprise sensibles sur des serveurs externes du fabricant du logiciel. Un logiciel d’occasion est ici une véritable alternative. Avantage 1 : Vous avez la souveraineté des données. Avantage 2 : Vous gardez le contrôle des coûts et la vue d’ensemble. Vous ne payez que des coûts d’acquisition uniques. Les coûts cachés par le support ou la maintenance n’existent pas. Avantage 3 : Lorsque vous achetez un logiciel usagé, vous n’êtes pas liés à long terme. Avantage 4 : Les licences d’occasion achetées sont votre propriété. Cela vous donne de la flexibilité. Vous pouvez les revendre à tout moment et même vous faire de l’argent avec elles. Parce que le logiciel d’occasion a une valeur durable et ne s’use pas.

À travers les modèles de Cloud et de location, les coûts de logiciels pour les entreprises peuvent rapidement grimper. Swedex en a également fait l’expérience. Il y a trois ans, l’entreprise a opté pour un modèle de Cloud de Microsoft. « Au cours des trois ans pendant lesquels nous avons utilisé ce modèle de Cloud, les coûts ont doublé », explique Markus Schlichting, Head of IT au sein de Swedex. « Pour les trois années suivantes, nous aurions dû payer 400 000 euros de plus. Cette somme était tout simplement beaucoup trop élevée pour nous ».

Au terme de recherches approfondies et d’une vérification effectuée par des avocats, l’entreprise a opté pour les logiciels d’occasion vendus par PREO Software AG. Les références fournies par d’autres entreprises réputées ainsi que les décisions rendues par la BGH, qui établissent le cadre légal pour le commerce de logiciels d’occasion et que PREO observe à la lettre, ont joué un rôle persuasif. Le « Système Safe 3 », et plus particulièrement la garantie d’audit, a constitué un critère de choix supplémentaire. « Dans le cas où les licences que nous avons achetées par l’intermédiaire de PREO venaient à être dénoncées lors d’un audit en raison d’une erreur de transfert, l’assurance couvre les éventuels dommages financiers à hauteur de 10 millions d’euros », poursuit Markus Schlichting, Head of IT au sein de Swedex. « Cela me donne un sentiment de confiance ».

Swedex avait besoin d’un grand nombre de licences, parmi lesquelles des licences serveur et des licences Office. PREO a fourni les produits désirés à des prix avantageux, avec pour conséquence des économies potentielles élevées pour le fabricant de fournitures de bureau basé à Essen. « Pour mon entreprise, cela représente une économie de près de 100 000 euros en ce qui concerne les coûts de licence », calcule le directeur informatique. « Par ailleurs, le prix des licences d’occasion s’élève à seulement 47 pour cent du prix des logiciels neufs. Pour des fonctionnalités identiques, cela constitue un avantage économique non négligeable pour nous ». Schlichting est extrêmement satisfait du développement commercial. « Je recommanderais PREO sans hésiter ».

    Des liens pour aller plus loin: